24 novembre 2013

Mon ombre dort

Classé dans : 1-Nouveau, Culture et valeurs, éléments — naturnet @ 21:15

suite du Nautile

Nous avons parcouru ensemble

les chemins de terre,

franchi le fleuve sur les pierres immergées du gué,

humé l’air frais de l’autre rive.

Le brasier ardent projette notre silhouette.

En voie vers la quintessence,

l’ombre se love en volutes éthérées,

s’endort en circonvolutions hélicoïdales.

—————

Poésie des noces hélicoïdales © P.L. 2013


phi φ

1.618033988749894848204586834365638117720309179805
76286213544862270526046281890244970720720418939113
74847540880753868917521266338622235369317931800607
66726354433389086595939582905638322661319928290267
88067520876689250171169620703222104321626954862629
63136144381497587012203408058879544547492461856953
64864449241044320771344947049565846788509874339442
21254487706647809158846074998871240076521705751797
88341662562494075890697040002812104276217711177780
53153171410117046665991466979873176135600670874807
10131795236894275219484353056783002287856997829778
34784587822891109762500302696156170025046433824377
64861028383126833037242926752631165339247316711121
15881863851331620384005222165791286675294654906811
31715993432359734949850904094762132229810172610705
96116456299098162905552085247903524060201727997471
75342777592778625619432082750513121815628551222480
93947123414517022373580577278616008688382952304592
64787801788992199027077690389532196819861514378031
49974110692608867429622675756052317277752035361393
621…


15 août 2009

étoiles et chaos

Classé dans : Culture et valeurs, éléments — naturnet @ 0:00

Une histoire d’étoiles et de chaos

Il existe dans le sous-sol auvergnat, caché dans un manteau noir, une étoile d’azur, une star, comme celles qui brillent dans les contes de fées.

Cette étoile se fait discrète, un peu timide, il n’est pas aisé de la rencontrer. Il faut tout d’abord se rendre dans son monde.

C’est un chaos d’énormes blocs de pierre blanche. Blocs desquels s’écoule comme un sang épais de noir asphalte. C’est un monde d’odeurs, un subtile mélange aromatique ou se mêlent le parfum du bitume naturel et celui de l’argile humide.

Au début, on ne voit rien, que des tas de gros cailloux blanchâtres. Puis c’est par l’odorat que l’on se rend compte du coté singulier du lieu.

Alors s’approchant du monticule, on distingue des taches brunes séchées par le soleil sur les pierres blanches. A la surface de certains blocs, des larmes noires coulent de petites fissures exhalant un parfum caractéristique.

On peut alors pénétrer dans le royaume minéral. Escalader les premières pierres dont la surface exposée au soleil, à la pluie et à toutes les agressions du temps, s’est patinée. Progressant parmi des rochers apparemment identiques, le regard est attiré ça et là par une singularité. Ici la surface du caillou forme des mamelons, on dirait le cœur d’un choux fleur, là ce sont comme attirés par ce légume des escargots. Oui des escargots mais ils font parti de la pierre, et sont eux aussi remplis d’asphalte. Toujours pas de trace de la reine de ces lieux.

Il faudra revenir de nombreuses fois, s’imprégner progressivement de la magie de l’endroit, retourner quelques blocs de pierre en regardant bien à la surface, découvrir de tous petits éclats de lumière réfléchis par de minuscules cristaux dégagés par l’ altération. Ces éclats nous donnent la bonne échelle pour redescendre à un autre niveau.

Dés lors, ayant accès à un nouveau monde, nous allons de découvertes en découvertes; de petites perles brunes, jaunes et enfin là, émergeant d’une goutte de bitume, la perle bleue d’azur, sentinelle de Lussatite qui annonce la possible présence de notre étoile.

lussat

—————

Poésie des noces hélicoïdales © P.L. 1998

une autre noce Hélicoïdale

31 octobre 2008

La pierre de rosée

Classé dans : Ciel, hortus, éléments — naturnet @ 1:02

L’eau dans tous ses états

Ce matin, il faisait  froid, les vitres de la serre sont encore décorées par le givre.

La structure de ces fleurs de givre est complexe ; un centre, des branches, des pointes,… On dirait comme une écriture mais dans quelle langue ?

Il nous faudrait une pierre de Rosette ou de rosée pour décoder ce message.

En cherchant bien, on finit par découvrir une signature, un cristal de glace parfait ; il s’agit d’un hexagone régulier.

La physique nous dit que les molécules d’eau H2O s’agencent pour former la “glace lh”, qu’elle cristallise dans le système hexagonal à la pression atmosphérique à partir de 0°C. Tout cela ne nous dit pas pourquoi tant d’harmonie, de délicatesse ?

L’eau minérale ? ou le minéral d’eau ?

20 octobre 2008

l’herbe fume

Classé dans : Ciel, hortus, éléments — naturnet @ 22:30

la Rosée Cuite

Une brume prend naissance sous nos yeux.

Nous sommes à l’automne dans le centre de la France.

Le ciel  dégagé à l’aube a fait chuter la température  proche de zéro et la rosée est abondante.

Les premiers rayons de soleil touchent la pelouse,  l’énergie se transmet à l’herbe et aux gouttelettes de rosée, leur température devient supérieure à celle de l’air et la rosée s’évapore.

Voir cette vidéo : à toute vapeur

De la rosée, des fils de la Vierge et un rayon d’énergie…

J’avais attaché autour de moi quantité de fioles pleines de rosée, sur lesquelles le Soleil dardait ses rayons si violemment, que la chaleur qui les attirait, comme elle fait les plus grosses nuées, m’éleva si haut, qu’enfin je me trouvai au-dessus de la moyenne région. ” (Cyrano de Bergerac “Des Etats et Empires de la Lune et du Soleil”)

19 octobre 2008

énergies au jardin

Classé dans : hortus, éléments — naturnet @ 15:52

Pourquoi cette grosse goutte d’eau ne finit-elle pas son chemin vers la terre ?

goute d'eau sur une feuille de Lupin

On voit bien que les folioles ne sont pas jointives sous la goutte. Pourtant l’eau ne s’écoule pas au travers de la feuille.

Le ruissèlement sur les folioles  et la coalescence des petites gouttes de rosée ont formé cette goutte d’eau pure au cœur de la feuille de Lupin.

cliquez sur la goutte >

Comment est possible cette prouesse de la nature ?

Nous assistons à un phénomène où sont mises en jeu des énergies sur des matières et des architectures. (énergie de surface ou d’interface, énergie potentielle de gravité, chaleur, …)

  • la gravité veut faire couler l’eau
  • l’énergie de surface “retient” la goutte entre les poils de la feuille de Lupin

C’est l’énergie d’interface qui permet à la goutte d’eau de ne pas s’étaler sur une feuille.
Cette même force donne à certains insectes le pouvoir de marcher sur l’eau.
C’est encore elle qui donne cette forme bombée de l’eau dans un verre plein à ras bord.
Nous reverrons ailleurs dans le jardin la notion de capillarité.

un lien en attendant